Nouvelle monnaie de la CEDEAO, la BCEAO, première victime de l'ECO L'ECO sonne la fin de la BCEAO

  • publié il y a : 1 mois
  • vues : 1227  
  • tags : nouvelle - monnaie - cedeao -  - bceao - première - victime
Nouvelle monnaie de la CEDEAO, la BCEAO, première victime de l'ECO L'ECO sonne la fin de la BCEAO
Emmanuel Macron et Alassane Ouattara ont acté la création de la nouvelle monnaie de la CEDEAO. Mais le passage du franc CFA à l'ECO produit d'ores et déjà une lourde conséquence dans l'espace communautaire.

L'ECO sonne la fin de la BCEAO

Les 15 États de l'Afrique de l'Ouest ont lancé le processus de la création d'une monnaie unique. Le processus est d'autant plus avancé que cette monnaie dénommée ECO verra le jour dès l'année 2020. Lors de sa visite en Côte d'Ivoire, Emmanuel Macron et son homologue ivoirien Alassane Ouattara ont annoncé la fin du franc CFA, cette monnaie héritée de la colonisation et qui est de plus en plus décriée par des panafricanistes, et la naissance prochaine de l'ECO.
Même si pour bon nombre d'observateurs, franc CFA et ECO, c'est bonnet blanc blanc bonnet, il n'en demeure pas moins que cette création de la nouvelle monnaie engendre de nombreuses conséquences. La première conséquence est bien entendu la disparition des différentes banques centrales des États qui ont décidé de faire fondre leurs monnaies nationales dans la nouvelle monnaie unique.

Aussi, du côté de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) va-t-elle disparaître pour laisser place à la Banque centrale de l'Afrique de l'Ouest (BCAO). Ainsi que le prévoit le point 17 du manifeste de la création de l'Union monétaire : « En ce qui concerne le nom de la Banque centrale de la CEDEAO, la conférence adopte celui-ci : BAnque centrale de l'Afrique de l'ouest (BCAO). »
Le franc CFA sera certes sacrifié sur l'autel de l'ECO, mais à l'analyse, l'ancienne monnaie va se réincarner dans la nouvelle monnaie unique de l'Afrique de l'Ouest. Cette transmigration risque cependant de se faire sans le Nigeria et le Ghana, deux pays anglophones qui ont leurs propres monnaies et qui refusent d'être arrimés à une autre monnaie. Que serait donc ECO sans ces deux forces économiques qui font près de 75% de l'économie de l'Afrique de l'ouest ?

Nous apprenons par ailleurs que seuls les huit pays de l'Uemoa utiliseront pour l'instant l'ECO. Les réserves monétaires ne seront certes plus déposées dans les comptes du Trésor français, mais la question du régime de change et de la parité fixe avec l'euro demeure un sujet épineux.

source : Afrique Sur 7    |    auteur : Dreyfus polichinelle

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité